Mes dernières lectures

☽ MES DERNIERES CHRONIQUES ☾

dimanche 17 août 2014

Lectures féministes: "INNA" de Caroline Fourest & "Mon corps m'appartient" de Amina Sboui

Bonjour à tous!

Je publie aujourd'hui mon premier article sur ce blog. J'en tiens déjà un autre sur la beauté et le bien-être, mais je brulais d'envie depuis quelques temps de parler de mes lectures... Car voilà une passion qui m'anime depuis longtemps!

En effet à une époque j'étais très introvertie et mal dans ma peau, et l'image que tout le monde avait de moi était celle d'une petite-fille solitaire qui avait toujours le nez dans un bouquin.
Pendant longtemps, j'ai été incapable de vivre sans mes livres, car ils me permettaient de m'évader de ce monde dans lequel je n'étais pas à l'aise.
Puis en grandissant, je me suis éveillée à la vie, je suis devenue sociable et pleine d'assurance, mais je n'ai jamais pu me résoudre à abandonner la lecture et l'écriture.
Mon rêve est de devenir un jour écrivain, mais je suis si changeante et perfectionniste, que je ne parviens pas à me décider enfin sur ce que je veux publier ou pas ^.^'

Je vous présente aujourd'hui ma première chronique sur deux livres que je ne voulais pas commenter séparément puisque je trouve qu'ils se sont plutôt bien complétés. D'autant plus que je les ai lu l'un à la suite de l'autre.
Je suis très intéressée par le féminisme, et je pense qu'à l'avenir je vais lire beaucoup plus d'ouvrages de ce genre, mais avec différentes visions de ce qu'est le féminisme.
Car si je me sens féministe, je garde tout de même mon esprit critique...

J'ai lu... "INNA" de Caroline Fourest
 [2014] Ed. Grasset, 400 pages

Résumé: A vingt-trois ans, Inna Shevchenko est célèbre. Qui ne connaît ses yeux verts, ses cheveux blonds couronnés de fleurs, ses seins nus, peints de slogans noirs dénonçant les religions, les dictatures et la prostitution ?
Pourtant, l'icône politique reste une énigme. Qui est vraiment cette élève brillante, éduquée par un père colonel dans l'Ukraine post-soviétique ? Comment a-t-elle découvert l'engagement politique au lycée, au moment de la Révolution orange, avant de se jeter à corps perdu dans le mouvement Femen ? Qui est cette femme battue et arrêtée cent fois, torturée en Biélorussie, fuyant son pays après avoir tronçonné une croix en soutien aux Pussy Riots ?
Caroline Fourest a accompagné Inna dès le premier jour de son exil à Paris. Elle s'est engagée avec elle, parfois contre elle... Lors des combats de rue face à Civitas, pour sauver Amina en Tunisie. Paris serait-elle redevenue la capitale de la révolution ? Bien plus que le portrait d'une héroïne fascinante, ce livre raconte l'odyssée d'une frondeuse tourmentée, tentée par le nihilisme, qui exige en tout la liberté mais s'impose une vie de soldate.
Dans ce récit haletant, tout est vrai : la solitude, la force d'âme, le goût un peu âcre de la vérité. Tour à tour enquêtrice, conseillère, amie, amoureuse et femme libre, Caroline Fourest raconte à la fois ses doutes, leurs combats et leur romance. Et pour la première fois, se livre.


Mon avis: Sans aucun doute pour moi le livre le plus complet sur le mouvement Femen. Bien plus que "FEMEN" qui était sorti plusieurs mois avant. Ce dernier était complétement sous le contrôle des leaders du groupe et surtout d'Inna Shevchenko, en le lisant je ressentais vraiment que tout n'était pas dit et que les Femen essayaient surtout de nous amener là où elles voulaient qu'on aille.
Le livre de Caroline Fourest est bien plus intéressant à lire car il se permet une liberté toute nouvelle. 

Comme dans le livre "FEMEN", j'ai été secoué par les actions réalisées en Ukraine, et indignée par ce qu'il se passe dans ce pays, sujet sur lequel je n'en connaissais que trop peu finalement.
Ces événements montrent bien plus de bravoure et de force que n'en prête l'opinion publique aux Femen. Et la première partie du livre nous laisse admiratif face à ce petit bout de femme, insoumise et combattive.

L'auteur ne cache pas son admiration, son amour même pour Inna au fil des pages, mais révèle aussi une incompréhension mutuelle entre ces deux femmes, jusqu'à la déchirure...
Plus Caroline s'attache à Inna, et plus elle a peur. Peur qu'Inna finisse par se faire tuer ou que ce mouvement féministe qu'elle admire devienne de plus en plus extrémiste jusqu'à perdre son objectif premier. 
De manière très évidente, il y a eu une incompréhension culturelle: Inna fait fausse route car elle n'a pas réalisé que ce qui s'applique dans un pays dictatorial comme l'Ukraine, ne peut pas s'appliquer en démocratie française. Alors elle va souvent trop loin et se heurte perpétuellement à Caroline.

Caroline Fourest nous livre ici un témoignage un peu particulier, puisqu'elle a fini par tomber amoureuse de son sujet.
Et dans les yeux de Caroline, Inna nous fascine, Inna nous émeut, et parce qu'on finit par s'attacher à elle à notre tour, Inna nous exaspère aussi parfois.

Note: ★★★★☆


J'ai lu... "Mon corps m'appartient" d'Amina Sboui
[2014] Ed. Plon, 176 pages

Résumé: Le témoignage d'Amina, devenue célèbre pour avoir diffusé sur Facebook une photo d'elle seins nu avec l'inscription "Mon corps m'appartient". L'histoire d'un combat féministe commencé dès son enfance et dont elle est aujourd'hui un symbole international. Amina, jeune Tunisienne de 19 ans, a fait la une des journaux du monde entier en mars dernier pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une photo d'elle seins nus avec l'inscription "Mon corps m'appartient" le 1er mars dernier, pour revendiquer sa liberté dans un pays où les droits de la femme sont de plus en plus bafoués par les islamistes. Un geste qui lui a fait frôler la mort, endurer la séquestration familiale, puis l'opprobre de la société, y compris de la bonne société tunisienne progressiste, et enfin subir la prison. Elle s'est ralliée aux Femen. Scandale à Tunis. Elle a quitté Femen. Scandale à Paris - où elle vit aujourd'hui. Remontant à son enfance, elle raconte aussi le milieu dans lequel elle a grandi et où a pris racine son combat féministe. L'histoire d'une jeune femme dont le parcours force le respect, et à travers elle, celle de toutes les femmes qui doivent combattre pour vivre comme elles l'entendent. Un témoignage fort et émouvant, mais aussi "plein d'humour noir et sans pleurnicheries", selon ses propres mots.


Mon avis: Oui je sais, encore un témoignage féministe! Mais il complète à merveille celui que je vous ai présenté précédemment.
Pour être honnête, quand j'ai lu "INNA", je me suis faite une image plutôt négative d'Amina, non pas de son combat mais de sa personne. Inna et Caroline semblent l'avoir perçue comme une gamine immature, peu cultivée et irréfléchie.

Je suis donc partie avec cet à priori et j'ai été ravie de découvrir que Amina est plus que ça.
Alors oui Amina est immature, elle est même insolente, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais elle est aussi mieux cultivée politiquement et philosophiquement qu'on ne pourrait le croire.
Et je peux comprendre pourquoi elle n'a pas apprécié certaines actions organisées par les Femen pour la soutenir lorsqu'elle était en prison. 

Je pense qu'une fois encore, y a eu une incompréhension culturelle entre Amina la tunisienne et Inna l'ukrainienne. On réalise alors que vouloir rassembler les femmes du monde entier dans un même cri n'est pas chose aisée, car nous avons toutes un passé, des convictions et des tabous qui sont propres à notre éducation et notre culture.

Le passage qui m'a plus marqué c'est lorsqu'elle parle de son expérience dans une prison tunisienne. Les insultes et les coups pleuvent sur ces femmes qui ne sont alors plus considérées comme des êtres humains. Poignant.

Dans l'ensemble, c'était un bon moment de lecture, assez rapide mais instructif et émouvant à la fois.


Note: ★★★☆☆

Je ressors de ces lectures, touchée par le destin et le parcours de ces deux femmes, l'une en Ukraine et l'autre en Tunisie, et je comprends mieux leurs actions et même leurs faux-pas.
Je pense qu'on ne peut pas se fier qu'à la presse et aux rumeurs, il faut écouter (ou plutôt lire) l'histoire qu'elles ont à nous raconter avant de se faire une opinion du sujet.
J'ai lu beaucoup d'insultes sur internet à leur sujet et je pense qu'il faut être idiot pour se permettre de tels commentaires.
Il n'est pas question d’approuver ou non les combats et les méthodes de ces deux jeunes femmes, mais de comprendre que nous jugeons avec ce que la vie nous a laissé en héritage et qu'il en est de même pour les autres.
Il faut apprendre à non seulement se forger sa propre opinion des choses avec tous les paramètres que l'on peut obtenir, mais également à être indulgent avec les autres et ne pas imposer sa propre vérité, juste à la partager.

J'espère que vous avez aimé mon premier article, à très bientôt~

°SHOKO°

2 commentaires:

  1. (Merci beaucoup pour ton commentaire.)

    J'ai lu ton avis avec intérêt, il est vrai que je ne me suis jamais interessée à ce genre de lecture. Mais pour une fois, je te tenterai bien " Mon corps m'appartient. " Merci pour ces avis, voici déjà une nouvelle lecture dans ma wish-list !

    Oh et bonne continuation pour ton blog, il faut l'étoffer, tu mets très bien avant tes idées, et c'est très instructif ! Du moins, pour les gens comme moi qui ne connaissent rien à ce mouvement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire! Tu inaugures ce blog ^^

      Je vais faire de mon mieux pour améliorer ce blog et l'étoffer.
      Je te remercie pour tes encouragements :-)

      Supprimer